ACHETEZ VOTRE BILLET

Féminin Plurielles dans La Presse+

By

image
1 Comment fév 28, 2015 Entreprenariat, Femme d'action, Femmes de tête, Non classé

Elles sont quatre femmes d’affaires ultra-motivées, des mères de famille enthousiastes, et elles n’ont pas peur de foncer. Pour tisser des liens professionnels et partager des connaissances, elles ont lancé le réseau Féminin Plurielles.

Mélissa Pilon, Véronique Poirier, Marie-Pier Landry et Stéphanie Blanchet ont lancé mardi Féminin Plurielles, un nouveau réseau de femmes d’action inspirées qui ont envie de partager leurs expériences, de développer leur compétence et leurs liens d’affaires, le tout dans une ambiance conviviale.

Nous avons joint une des fondatrices, Stéphanie Blanchet, 40 ans, mère de deux jeunes enfants. Elle est associée de Cartel design et présidente fondatrice de BB LALA, une ligne de vêtements pour bébés, et de la boutique en ligne funkyparty.ca.

Pourquoi créer Féminin Plurielles ?

On souhaite créer une façon moins rigide de se rencontrer dans une atmosphère inspirante et conviviale. On est quatre femmes de tête, des femmes d’affaires, des fonceuses et on a envie de créer une communauté de femmes pour s’entraider, mais aussi pour pouvoir augmenter son cercle professionnel et partager des expériences. Par exemple, le 17 mars, avec la conférence d’Isabelle Hudon, on a envie que les femmes sortent de notre événement gonflées à bloc et qu’elles soient inspirées pour de nouveaux projets ! On veut donner des outils et des occasions d’affaires aux femmes. On a envie qu’une belle énergie s’en dégage !

Vous ne vous retrouvez pas dans les réseaux actuels ?

Il y a certains réseaux, comme les chambres de commerce, qui sont très axés sur le côté affaires et qui ne conviennent pas à tout le monde. Certaines ont de la difficulté à y trouver leur place et je les comprends, car moi-même, ça ne me convient pas. Nous sommes des femmes d’esprit mais aussi de cœur, c’est important de toucher ces axes-là. On voulait trouver un réseau à notre image et c’est pour cela qu’on a décidé de le créer. Et on voit qu’il y avait un réel besoin, car les femmes s’inscrivent en grand nombre. Notre objectif pour notre premier événement : 125 inscriptions. On veut organiser trois ou quatre événements par année, déstabiliser les femmes en organisant une session de yoga dehors cet été ! Pourquoi pas ?

À qui s’adresse Féminin Plurielles ?

À des femmes d’action, des femmes d’affaires, des femmes qui ont envie de faire bouger les choses. Notre cœur de cible, ce sont des femmes qui ont entre 35 et 45 ans. Des mères de famille qui travaillent fort pour leurs intérêts et qui concilient travail et famille. On veut que nos événements soient des plateformes de partage. On ne souhaite pas seulement échanger des cartes professionnelles, mais aussi créer de vrais liens. Les femmes qui s’inscrivent proviennent de tous les milieux : du milieu pharmaceutique, des communications, des relations publiques, il y a des avocates, aussi… c’est très varié. Il y a de nombreuses ressources à aller chercher. Une femme qui vient de monter son entreprise et qui vient à une soirée comme la nôtre va peut-être rencontrer des partenaires d’affaires, des clientes, des femmes qui vont l’aider à développer son entreprise, c’est ça qu’on veut ! On veut aussi grandir en tant que femmes avec toutes nos facettes.

Les femmes ont-elles un peu de retard par rapport aux hommes lorsqu’il s’agit d’avoir un réseau ?

Les hommes ont compris il y a longtemps l’importance d’avoir de bons réseaux et de communiquer entre eux pour avancer sur le plan professionnel. D’un point de vue émotif, c’est autre chose ! Ils ont une longueur d’avance, car ils sont là depuis plus longtemps, mais on a l’avenir devant nous. Notre façon de créer un réseau est différente. On va élargir les horizons, on va venir mêler un peu les émotions parce que nous sommes faites comme ça ! Que voulez-vous !

Est-ce que vous sentez qu’il y a du changement ?

Oui, et on veut faire partie de ces changements. Il ne faut pas avoir peur de prendre sa place et dire ce qu’on pense. Il faudrait que ça devienne banal, une femme présidente d’un conseil d’administration ou qui est PDG. Avec Féminin Plurielles, on veut motiver les troupes, on veut que les femmes se sentent bien dans leur peau sur tous les plans et qu’elles aient envie d’aller plus loin.

Mardi 17 mars : conférence avec Isabelle Hudon et Isabelle Gauvin. De 17 h à 21 h, coût : 30 $.

Pour consulter l’article


Commentaires

  • Claire Tremblay
    jan 24, 2016 at 21 h 01 min Reply

    Bonjour à vous toutes,

    Je suis heureuse de prendre connaissance de Féminin Plurielles. Il ne pouvais tomber mieux! Comme beaucoup de professionnelles de mon secteur, j’avoue être un peu lasse de voir toujours ces mêmes femmes, cette même cohorte, monopoliser les tribunes avec ce  »je, me, moi », unique… Beaucoup de femmes peuvent dans leur diversité contribuer au discours et je crois que vous l’aurez compris.

    Je fais carrière, fais des choix et tente de développer un esprit de collaboration, d’entraide auprès de mes collègues, consoeurs de profession, coéquipières et au sein de mes communautés d’appartenance. Voilà qui n’est pas trop mal je trouve et je ne suis pas ministre, je ne siège pas sur dix conseils, etc.J’ai une vie remplie, radieuse, aimante et je vois mes soixante ans approcher avec sérénité.

    Permettez-moi de vous encouragez et de féliciter vos efforts. Merci de nous montrer des femmes de tous horizons qui réussissent, aiment ce qu’elles font et oui, sont belles d’être aussi radieuses, accomplies, d’être elles-mêmes et d’aimer leur vie. Bref, réussir sa vie et non pas juste dans la vie, voilà toute une création.

    Bonne continuité!

    Claire Tremblay

Laisser un commentaire